Conjoncture/CRC

Pulsomètre de la restauration et de l'hôtellerie

L’ «Enquête conjoncturelle de l’hôtellerie-restauration» est menée depuis plus de dix ans en collaboration avec le Centre de recherches conjoncturelles (CRC) de l’EPF de Zurich. Il s’agit d’un important baromètre de la branche. L’enquête est effectuée tous les trois mois dans toute la Suisse auprès de plus de 300 établissements. Elle permet de récolter les données importantes qui fondent des chiffres clés comme le chiffre d’affaires, le volume des ventes, la demande ou encore l’occupation, tout en distinguant entre les zones touristiques « zones de montagnes », « grandes villes », « zones des lacs » et « autres zones ». Ces données sont comparées avec celles du trimestre correspondant de l’année précédente afin de présenter le développement économique dans le domaine de l’hôtellerie-restauration au gré des saisons. En outre, les expectatives relatives à la situation des affaires sont également rassemblées, ce qui permet d’établir un pronostic pour les établissements classés par zones touristiques.


Souhaiteriez-vous participer à l’enquête du KOF puis recevoir les évaluations détaillées?

Cliquez ici pour vous inscrire en ligne.

Evolution du chiffre d’affaires

Evolution au troisième trimestre 2022 (données provisoires)

Hôtellerie-restauration

La reprise constatée dans l’hôtellerie-restauration a été légèrement freinée au 3e trimestre. Alors qu’au trimestre précédent, un établissement sur deux faisait état d’une amélioration par rapport au même trimestre de l’année précédente, ils sont moins de deux cinquièmes (37,9%) au 3e trimestre. Cette évolution n’est pas surprenante, d’autant plus que les fermetures d’établissements ordonnées par les autorités ont perduré jusqu’à fin mai 2021. Toutefois, le chiffre d’affaires (+21%) et les ventes (+54,7%) sont nettement plus élevées au 3e trimestre qu’au même trimestre de l’année précédente.

Restauration

La restauration connaît une demande ininterrompue ce semestre encore. Près de la moitié des établissements (47,8%) enregistrent une demande plus élevée qu’au trimestre précédent, et le chiffre d’affaires a progressé de 12,9% par rapport au même trimestre de l’année précédente. Le personnel est toujours insuffisant et les postes non pourvus limitent considérablement l’activité des établissements (52,8% des établissements).

Hôtellerie

En octobre, l’hôtellerie enregistrait une nouvelle hausse du nombre de nuitées par rapport au même trimestre de l’année précédente (51,5%), mais elle est moins forte que lors des trimestres précédents. Ce sont notamment les clients étrangers qui semblent apprécier particulièrement l’hôtellerie suisse (nombre de nuitées plus élevé qu’au trimestre précédent: 70,9% des établissements), alors que le nombre de nuitées de la clientèle suisse recule par rapport au même trimestre de l’année précédente (45% des établissements). Le taux d’occupation moyen des chambres disponibles reste élevé (60,5% contre 60,2% au trimestre précédent).

Zones touristiques

S’agissant des zones touristiques, ce sont surtout les établissements des grandes villes qui enregistrent une demande plus élevée (80% des établissements). Cela indique aussi que l’hôtellerie urbaine a fortement souffert durant la pandémie et qu’il lui faudra plus de temps pour se remettre. Les établissements des régions de montagne ont attiré moins de clients durant les mois d’été. La hausse de leur chiffre d’affaires est de 8,5% seulement par rapport au même trimestre de l’année précédente. Dans les régions lacustres, la demande a fortement chuté pour 23,7% des établissements au cours du trimestre sous revue. Néanmoins, une majorité d’entre eux considérait la marche des affaires comme «satisfaisante» au mois d’octobre (67,2% des établissements).

Perspectives pour le quatrième trimestre 2022 et le premier trimestre 2023

En réaction à la hausse des coûts des marchandises, de l’énergie et du personnel, 63,8% des établissements se déclarent contraints d’augmenter leurs prix au trimestre suivant. Près d’un hôtel sur deux (47%) prévoit d’augmenter les prix des chambres. Les hôteliers s’attendent à une augmentation des salaires de 4,1% pour l’année prochaine (variation des salaires bruts moyens des employés). Parmi les établissements qui se risquent à faire des prévisions, seuls 34,4% s’attendent à une amélioration de la marche des affaires au cours des six prochains mois.